Edito de juin 2021

Edito de juin 2021

Bientôt les vacances : La crise est loin de s’éloigner en toute certitude : La progression du virus est encore effective et mortelle dans plusieurs pays et les laboratoires producteurs de vaccins sont loin, malgré leurs affirmations promotionnelles de nous apporter des certitudes irréfutables sur l’efficacité de leurs vaccins face à la multiplication de nombreux variants qui se développent aussi dans les populations en cours de vaccination.

Ceci alimente une campagne anti-vaccins dans les pays qui, précisément, vaccinent à tour de bras. Ils ont du mal à susciter un grand élan de vaccination dans la macronie, en raison notamment de son incapacité à rétablir une confiance minée par l’absence d’ honnêteté dans une information biaisée par de nombreux porteurs d’intérêts.

Pour autant, la situation s’améliore dans les pays qui produisent ou qui ont les moyens de se payer des vaccins en quantité suffisante mais l’inquiétude subsiste sur l’absence de vaccination suffisante dans les pays en voie de développement ou dans un grand pays comme l’inde dont l’immensité et la diversité des situations compromet la progression d’une vaccination plus rapide et complète.

La pandémie est évidemment un état de fait mondial et l’absence d’unité dans les mesures nationales prises pour la contrôler compromet la réussite d’une éradication complète du phénomène.

Au delà des efforts de l’oligarchie au pouvoir partout pour un retour au « monde d’avant », on a donc très peu de certitudes sur les paramètres d’une situation dite « normale ».

En attendant, en France on dé-confine autant que possible, profitant de l’été, du beau temps espéré et de l’effet « vacances » pour faire baisser une pression devenue insupportable.

Il sera temps à la rentrée pour faire face aux problèmes de redéploiement d’une économie qui devra aussi tenir compte du développement de la crise écologique… et de la période électorale, en France par exemple. Les égos atténués par le confinement se réveillent dans le grand cirque des élections régionales puis présidentielles. Il faudra aussi compter sur un possible retour vers un 4ème confinement, ou sur la nécessité d’une vaccination périodique jusqu’à ce que les laboratoires découvrent enfin un traitement curatif complétant le vaccin.

L’été sera chaud, espère-t-on mais pas trop quand même, sur le plan climatique, mais aussi sur le plan social ou on se prend à espérer que l’automne n’apporte pas trop de nuages noirs d’une démocratie repeinte en bleu horizon : pour soigner le malaise d’une garde prétorienne remplaçant dans le discours de ses syndicats la police républicaine et contrôlant la justice.

Bonnes vacances tout de même, nous en aurons besoin.

Laisser un commentaire