Archive édito mai 2021

Edito de mai 2021 (archive)

Joli mois de mai… Le printemps est là, la joie de voir réapparaître la végétation et pour ceux qui ont la chance de les voir et entendre sous leurs fenêtre, le son de nouveaux chants d’oiseaux.

La pandémie continue et poursuit son œuvre de mort dans plusieurs pays dont le brésil ou le vaccin manque et dont un président cynique fait tout pour nier la réalité de la crise, ou encore l’Inde dans laquelle la progression des différents variants est devenue incontournable bien que le pays soit lui-même producteur de vaccins : la vaccination se heurte à des difficultés importantes et dans bien des états l’inde fait face à une rupture d’approvisionnement en oxygène. Dans les hôpitaux, bien au delà de la saturation, on meurt dans les files d’attente en attendant une hypothétique possibilité d’admission. Un traitement curatif manque cruellement.

D’autres s’en tirent mieux ou du moins le semble-t-il. En France le gouvernement annonce le déconfinement progressif et les indicateurs de progression de la maladie montrent des signes de tassement. On se reprend à espérer mais par ailleurs des mouvements divers dans la population montrent l’exaspération parmi un public qui n’apprécie guère les atermoiements de l’appareil politique macronien. Ce dernier semble avoir perdu sa boussole à l’approche des élections régionales et un peu plus tard de la présidentielle.

On se distrait comme on peut: Pour remonter dans une opinion déprimée, le Président Macron a décidé de marquer par une cérémonie le centenaire de la mort de Napoléon 1er. Certains y ont vu un rapport avec l’actuel locataire de l’Elysée. Pour ma part, sa personnalité me parait plus en coïncidence avec le 3ème du nom, porté par Louis Napoléon Bonaparte, qui mit fin à la seconde république puis dû rendre les armes en 1870 devant l’armée Prussienne. L’ennemi Macroniste du moment est moins évident mais procède du même mécanisme: Amené au pouvoir par la défaillance du pouvoir politique alors en place, le roi républicain autoprogrammé jupitérien a du mal à assurer sa stabilité politique en raison de mépris qu’il a longtemps professé à l’égard des corps intermédiaires lesquels, malgré leur délabrement apportait une certaine régulation dans une société civile désorganisé par une pandémie mal géré.

L’inquiétude est grande d’un répit qui ne durerai qu’un été et qui verrai reprendre la progression d’un quatrième cycle de contamination, toujours possible au premier signe de réouverture des frontières et de la circulation humaine, ainsi que du relachement de la société de consommation.

La relance sera l’autre sujet qui succédera dans les gazettes en ligne au nombre de morts de la covid 19 : c’est déjà parti au niveau de l’Europe ou après une négociation pénible au niveau de Conseil pour un accord en répartissant la dette, cet accord n’est toujours pas en application car certains états traînent des pieds .

Il faudra sans doute attendre un retour à une certaine “normalité sanitaire” et donc la disparition d’un certain nombre d’aides individuelles et aux entreprises pour faire le bilan des dommages que la situation va porter à l’économie et aux infrastructures sociétales.

Bref, mai 2021 sera encore sur la voie de la sortie de la pandémie et l’été qui vient dans le meilleur des cas une étape de récupération avant une rentrée encore incertaine.

Mai 2021, étape de transition ? Acceptons en l’augure et que ce soit vers un monde plus solidaire, autant que possible.

Laisser un commentaire